31 octobre 2017

Plat complet : Tagliatelles aux girolles

IMG_0318[1]

 

Je vous propose une recette simple pour profiter d'un légume de saison : les girolles. Ce plat permet également de limiter notre consommation de viande.  

On accompagne ce plat d'une salade verte. On peut aussi servir les pâtes avec un peu de parmesan.

Fiche recette : Grandfrais.

 

Plat complet : Tagliatelles aux girolles

 

 

Préparation : 20 minutes. Cuisson : 35 minutes 

 

Ingrédients :

- 450 g de tagliatelles fraîches

- 700 g de girolles fraîches

- 1 carotte

- 1 échalote

- 1 coeur de céleri

- quelques brins de persil

- 200 g de crème fraîche

- 70 g de lardons fumés

- Huile d'olive 

- Sel et poivre 

 

1. Gratter vos champignons pour enlever les résidus de terre. Réserver. 

2. Faire dorer dans une casserole, l'échalote ciselée avec 2 cuillères à soupe d'huile, les lardons, le céleri et la carotte coupée en dés. Ajouter les champignons, saler et poivrer et laisser cuire 15 minutes à feu doux. Verser ensuite la crème fraîche et laisser cuire encore 10 minutes en ajoutant le persil ciselé en fin de cuisson. Poivrer et réserver.

3. Porter à ébullition un grand volume d'eau salée et faire cuire vos pâtes "al dente". Garder une louche d"eau de cuisson de vos pâtes et la mélanger à votre sauce aux champignons.

4. Égoutter bien vos pâtes et les ajouter à la sauce. Faire réchauffer 2 minutes et servir aussitôt.

 

Posté par bubulle74 à 21:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Pêle-Mêle : Adieu maman / Adeus mae querida. Je t'aimai je t'aime et je t'aimerai

IMG_1252[1]

 

A ma mère

Après un si joyeux festin,
Zélés sectateurs de Grégoire, 
Mes amis, si, le verre en main 
Nous voulons chanter, rire et boire, 
Pourquoi s'adresser à Bacchus ? 
Dans une journée aussi belle 
Mes amis, chantons en " chorus " 
A la tendresse maternelle

Un don pour nous si précieux, 
Ce doux protecteur de l'enfance, 
Ah ! c'est une faveur des cieux 
Que Dieu donna dans sa clémence.
D'un bien pour l'homme si charmant 
Nous avons ici le modèle ; 
Qui ne serait reconnaissant 
A la tendresse maternelle ? 

Arrive-t-il quelque bonheur ? 
Vite, à sa mère on le raconte ; 
C'est dans son sein consolateur 
Qu'on cache ses pleurs ou sa honte. 
A-t-on quelques faibles succès, 
On ne triomphe que pour elle 
Et que pour répondre aux bienfaits 
De la tendresse maternelle. 

Ô toi, dont les soins prévoyants, 
Dans les sentiers de cette vie 
Dirigent mes pas nonchalants, 
Ma mère, à toi je me confie. 
Des écueils d'un monde trompeur 
Écarte ma faible nacelle. 
Je veux devoir tout mon bonheur 
A la tendresse maternelle. 

 

Alfred De Musset (1810 - 1857)

 

 

Posté par bubulle74 à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]